Prendre rendez-vous en ligneDoctolib
menu

Bien vieillir

Les plus de 60 ans pourraient représenter 1/3 de la population en 2040. La priorité aujourd’hui n’est plus d’allonger la durée de la vie mais d’améliorer la qualité de vie des personnes vieillissantes.

Aujourd’hui, les personnes âgées de plus de 60 ans représentent 1/4 de la population et pourraient en représenter 1/3 en 2040. Si l’espérance de vie en France après 50 ans s’avère la plus élevée de l’UE chez les femmes (37,4 ans vs 34,9 ans en 2014 dans l’UE ; gain de 2 ans en 10 ans), le nombre d’années vécues en bonne santé reste inférieur à celui de plusieurs pays.

Une augmentation du nombre de personnes âgées dépendantes d’ici 2060

De récents travaux montrent une évolution moins favorable de l’espérance de vie sans incapacités dans les dernières années par rapport aux décennies précédentes. Il apparaît donc urgent d’intervenir pour ralentir cette progression défavorable. L’important n’est plus d’allonger la durée de la vie mais bien d’améliorer la qualité de vie des personnes âgées vieillissantes. De récentes estimations laissent présager d’une augmentation du nombre de personnes âgées dépendantes de 1,2 millions en 2012 à 2,3 millions d’ici 2060.

La prévention de la perte d’autonomie : une priorité

Dans la mesure où la dépendance est difficilement réversible, la prévention et la préservation de l’indépendance dans les activités quotidiennes au plus tôt, avant que les premières incapacités ne se déclarent, est devenue une priorité de santé publique.

Pour cela, l’identification des individus à risque de perte d’autonomie devient centrale. Le déclin fonctionnel résulte de 3 phénomènes concourants que sont le vieillissement biologique, les comportements de santé à risque ainsi que l’installation et la progression d’une ou de plusieurs maladies chroniques. Le vieillissement biologique transforme progressivement l’adulte en bonne santé en un individu vulnérable en diminuant ses capacités de réserves physiologiques globales. Ce phénomène rend l’individu plus vulnérable au stress et lui confère un risque élevé d’évolution défavorable telle que la survenue de maladies chroniques, la perte d’autonomie, l’institutionnalisation et le décès. Le concept de fragilité est aujourd’hui largement utilisé pour opérationnaliser ce phénomène de vulnérabilité au stress. Parallèlement, au cours du vieillissement, de nombreuses pathologies chroniques sont pourvoyeuses d’incapacités et de dépendance ; les cancers, les pathologies et facteurs de risque cardio-vasculaires, les maladies mentales ainsi que les maladies neurodégénératives, ces dernières ayant le fardeau de dépendance le plus important. Mais, ce qui caractérise plus particulièrement la population âgée c’est la polypathologie, conséquence de l’accumulation des facteurs de risque au cours du temps.

Favoriser le vieillissement en bonne santé : Programme et actions de Santé publique France

Le vieillissement massif de la population dans les prochaines années constitue un enjeu majeur social et de santé publique. Le programme développé par Santé publique France vise à apporter de la connaissance pour agir sur les différents facteurs permettant de favoriser sur le long terme le vieillissement en bonne santé.

L’action de l’agence s’inscrit donc dans un objectif de promotion de la santé globale et de prévention de la perte d’autonomie par :

  • La surveillance des maladies chroniques, des traumatismes (chutes), de la santé mentale, et des déterminants
  • Le développement d’indicateurs intégrés de santé globale qui visent le repérage des populations en amont de la perte d’autonomie (indicateurs de fragilité et de multimorbidité)
  • En liens avec l’interégime des caisses de retraite, l’information des personnes concernées (personnes âgées et aidants) en particulier via le site pourbienvieillir.fr et les réseaux sociaux (Facebook)
  • Le transfert de connaissances en direction des professionnels, en particulier via l’espace professionnel du site pourbienvieillir.fr.

Ce programme est actuellement en cours de révision afin de privilégier une action de prévention et de promotion de la santé en amont du vieillissement, dès le milieu de la vie (cf rubrique santé des adultes).

En savoir plus